Info FEDER n°22 - MARS 2020

VERSION IMPRIMABLE

 

 

EN BREF

La voici, la voilà, la 22ème édition de notre webzine avec plein de nouvelles actualités FEDER wallonnes et européennes dont les transformations de Namur et le concept de « Smart City », l’évolution des négociations pour la programmation 2021-2027, le dernier Comité de suivi et l’état N+3.

Smart City

 

 

Grâce au FOCUS, on vous éclaire sur les « Smart Cities » (ou villes intelligentes), avec pour exemple, la ville de Namur, capitale wallonne qui ne cesse d’évoluer, notamment, grâce au FEDER et à la Wallonie.

 

 

 

On s’arrête ensuite, dans le BON A SAVOIR et l’ARRET SUR IMAGES sur les négociations européennes dans le cadre de la future période de programmation et le Comité de suivi de décembre dernier.

poignée de main
expos - bâche

 

 

Pour notre ZOOM ARRIERE, on revient sur les expos en plein air organisées dans plusieurs grandes villes wallonnes et sur la venue de journalistes européens offrant un joli coup de projecteur à la Wallonie et ses projets cofinancés.

 

 


Enfin, on fait le plein de NEWS avec l’atteinte du dernier seuil N+3, la nouvelle Commissaire européenne à la cohésion et aux réformes et les balades de printemps 2020.  

Ballade - quai


Bonne lecture...

 

FOCUS

Smart Cities, villes de demain ?

Namur, une ville intelligente qui bouge grâce au FEDER

Qu’est-ce qu’une « Smart City » ?

Smart City

Le concept de « Smart City » (ou ville intelligente) fait référence à la transformation des villes et territoires  en utilisant les nouvelles technologies et  nouveaux modes de consommation, de production, de gouvernance, de déplacement, ... Ceux-ci visent à être plus respectueux de l’environnement, plus ouverts, plus participatifs, plus économes en énergie, plus inclusifs.

 

Ces villes intelligentes  visent à répondre à des problématiques sociétales telles que l’évolution démographique (population urbaine grandissante), les avancées technologiques (et plus particulièrement celles liées au numérique), le développement durable (dont la protection de l’environnement, la gestion des déchets, l’e-inclusion…) et l’apparition de nouveaux modèles économiques et de gouvernance (plateformes et services online, industrie 4.0, économie créative, participation citoyenne, budgets citoyens…).

Namur, une ville intelligente qui bouge grâce au FEDER

Depuis quelques années, la capitale wallonne tend à se développer vers une dynamique « Smart City ». Au travers du portefeuille de projets « Namur Innovative City Lab », soutenu par l’Europe et la Wallonie pour un montant de plus de 29 millions d’euros, des projets d’envergure se concrétisent, inscrivant ainsi Namur dans un modèle de développement urbain durable, innovant et « smart » :

  • Espace Confluence ;
  • Le site du « Grognon », lieu emblématique de Namur, fait peau neuve et la mobilité alentour se transforme. L’Esplanade du Grognon, comme on devra désormais l’appeler, deviendra un espace piétonnier convivial et de dialogue, ouvert vers les berges de la Meuse ;
  • Le NID (Namur Intelligente et Durable), lieu d’échanges, de création et d’innovation urbaine, sera construit à la pointe de ce site ;
  • L’Espace Confluence devrait être accessible aux piétons et visiteurs dès 2021.

site du GrognonCopyright©DE GRAEVE - NONET DUCHENE

site du GrognonCopyright©DE GRAEVE - NONET DUCHENE

 

  • TRAKK : c’est fraîchement installé dans ses nouveaux locaux de 3000 m² inaugurés le 31 janvier dernier, en présence du Ministre de l’Economie Willy Borsus, du Député-Bourgmestre Maxime Prévot et de nombreux invités, que le Hub namurois accueille désormais créatifs, porteurs de projets, jeunes entreprises et makers souhaitant développer leurs idées. Des bureaux, espaces de coworking, salles de réunion et fablab sont à leur disposition et permettent l’organisation de conférences, workshops et ateliers dans une seule optique : « rendre possible ». 

Trakk copyright © BEP

  • Eclairage intelligent de la Citadelle : depuis fin 2018, les visiteurs peuvent emprunter les principaux chemins pour piétons de la Citadelle de Namur sous un tout nouvel éclairage nocturne, à la fois sécurisant, intelligent (logiciel de gestion, enclenchement/extinction automatique) et à basse consommation.

citadelle éclairée

Copyright© John Swijsen

 

  • Système de transport intelligent : depuis septembre 2019, la Ville de Namur est équipée d’un système de transport intelligent (STI) qui diffuse en temps réel les informations relatives au trafic ainsi que le nombre de places disponibles dans les différents parkings de la ville, tout en veillant à réduire les émissions de gaz à effet de serre.
  • Passerelle cyclo-piétonne : l’Enjambée, qui s’intègre parfaitement dans le paysage namurois et l’Espace Confluence, permettra prochainement de relier Namur à Jambes. Place aux promenades au-dessus de l’eau !

passerelle de Jambes Copyright© Bureau Greisch

 

Si Namur se positionne comme Smart City, c’est aussi parce qu’elle peut compter sur l’avis de ses citoyens, étudiants, entrepreneurs, chercheurs, … qui peuvent désormais côtoyer les politiques et participer au processus de développement urbain.

C’est dans cette logique que s’inscrit le colloque annuel « Vivre la Ville » de l’Université de Namur, dont la thématique du « Territoire Intelligent » suscite un réel engouement. Soutenue par le TRAKK, la 2ème édition de « Vivre la Ville »  se tiendra le 12 mars prochain avec une volée de conférences et d’ateliers visant à questionner les discours et idées reçues portant sur la Smart City d’une part, et à proposer des modèles et outils alternatifs opérationnels d’autre part.

 

La Smart City wallonne fait aussi parler d’elle par-delà les frontières :

  • Mise sous les feux des projecteurs lors de l’inauguration de l’exposition en plein air (évoquée dans notre Zoom arrière), elle n’a pas laissé indifférents les journalistes européens présents pour l’occasion. Ceux-ci ont en effet remarqué combien une ville de petite taille à l’échelle européenne, comme Namur, pouvait autant se transformer grâce à l’Europe.
  • Namur peut à présent se targuer d’une belle visibilité à l’étranger puisqu’elle figure depuis peu parmi le top 10 des meilleures destinations touristiques européennes. En effet, en résultat du  vote e-citoyen sur la plateforme European best destination 2020, la ville wallonne se hisse à la 7ème place sur 15. Du haut de ce classement, Namur n’a pas démérité !

Namur, décidément plus Smart que jamais !


  Plus d’informations :

 

 

 

BON A SAVOIR

 

La prochaine programmation FEDER – les négociations vont bon train

Nous vous l’annoncions dans un précédent numéro, la prochaine période de programmation des fonds structurels se prépare et suscite déjà de nombreuses interrogations. Quels sont les timings ? A quelles nouvelles dispositions doit-on s’attendre ? Quels seront les domaines finançables ? Autant de questions auxquelles cet article tentera d’apporter quelques éclaircissements.

 

Comment se prépare la prochaine programmation et quel est son timing ?

poignée de main


Le prochain budget de l’Union européenne (UE) couvrira la période 2021-2027. Chaque grande politique européenne (dont la politique de cohésion, principale politique d’investissement de l’UE et expression concrète de son action de solidarité) se verra attribuer un budget clair et précis à se répartir entre Etats membres. Celui-ci est actuellement toujours débattu au niveau européen. Les règlements régissant les différents fonds prévus par ce cadre financier sont eux aussi en cours de négociations entre les grands organes décisionnels européens (Commission européenne (CE), Parlement et Conseil).



En termes de timing, les travaux préparatoires aux négociations ont débuté en 2018 et ces dernières se poursuivent. L’objectif est une approbation du cadre financier et des règlements avant  2021. Au vu des divergences et de la complexité des négociations, il n’est pas certain qu’un tel timing soit respecté. Le dernier Conseil européen de février n’a pas permis de conclure à un accord budgétaire entre les dirigeants européens.    

 

Ce qui change et ce qui reste dans les propositions de la CE ?

 

La volonté de la CE est d’inscrire la prochaine programmation dans une logique de continuité mais aussi de simplification.

 

La CE propose donc que la politique de cohésion poursuive ses investissements dans toutes les régions sur base des trois catégories (moins développées, en transition et plus développées) déterminant l’enveloppe budgétaire affectée. La Wallonie verrait ainsi ses provinces de Hainaut, Liège et Namur classées en régions « transition » alors que le Brabant wallon se maintiendrait en « région plus développée ». Le Luxembourg passerait potentiellement en région « moins développée ».

 

La CE souhaite également mettre l’accent sur cinq priorités d’investissement (contre 11 actuellement). La plus grande partie des investissements serait concentrée sur la « recherche et l’innovation » (une Europe plus intelligente) et le « zéro carbone » (une Europe plus verte). Les autres objectifs concernent une Europe plus connectée, plus sociale mais aussi plus proche du citoyen. La CE propose d’ailleurs qu’une part de 6% du FEDER soit consacrée au développement urbain durable.

Les « conditionnalités ex-ante », rebaptisées « conditions favorisantes » sont toujours de rigueur et seront à respecter tout au long de la programmation. Celles-ci seront horizontales, communes à tous les objectifs et thématiques, liées à certains objectifs.

 

Nouveauté pour cette prochaine programmation également axée sur la « flexibilité », l’examen à mi-parcours qui déterminera si des changements sont nécessaires dans les programmes pour les deux dernières années de la période de financement, en fonction de nouvelles priorités, de la performance des programmes et des recommandations par pays les plus récentes.

 

Enfin, la CE propose notamment de revenir à la règle de dégagement N+2 (N+3 actuellement) avec un léger assouplissement sur les premières années. Cette mesure, qui n’est pas encore définitive, aurait pour conséquence une obligation de l’accélération du rythme de dépenses afin d’éviter une perte des budgets européens.

 

Les grands domaines wallons pressentis

coq rouge wallon sur fond jaune

 

Il est encore trop tôt pour se prononcer sur les grands domaines d’intervention ou priorités qui seront définis dans le prochain programme opérationnel FEDER wallon sans cadre financier précis, ni même cadre réglementaire certain.

 

Nous ne manquerons pas, bien entendu, de vous tenir informés de toutes les évolutions à ce sujet. En attendant, n’hésitez pas à consulter les différents sites de la CE (voir ci-dessous).

Plus d’informations  :
•    https://ec.europa.eu/regional_policy/fr/2021_2027/
•    https://ec.europa.eu/commission/publications/regional-development-and-cohesion_fr

 

 ARRET SUR IMAGES

Le Comité de suivi FEDER-FSE

Le 13 décembre dernier a eu lieu le Comité de suivi conjoint FEDER-FSE qui rassemble, deux fois par an, les représentants des instances européennes, du Gouvernement wallon et de la Fédération Wallonie-Bruxelles, du DCFS et de l’Agence FSE, mais aussi les divers partenaires socio-économiques.

 

Les réunions du Comité de suivi ont notamment pour objectif d’examiner l’avancement financier et physique des programmes opérationnels FEDER et FSE wallons mais également de se prononcer sur les modifications des programmes, leurs plans d’évaluation ou encore de communication.

 

Après une matinée de travail sur le site de « Technifutur – Campus automobile » à Francorchamps, les participants ont pu visiter les infrastructures et équipements du centre de compétence et échanger avec les bénéficiaires FEDER et FSE qui accueillaient l’évènement. En voici quelques images.

le Comité de suivi en réunion

Réunion du Comité de suivi sur le site « « Technifutur - Campus automobile » à Francorchamps.

 

visite voiture
Visite des infrastructures et équipements du centre de compétence « Technifutur - Campus automobile ».


prototype moteur
Visite des infrastructures et équipements du centre de compétence « Technifutur - Campus automobile » -  Prototype de voiture fonctionnant à partir d’un réservoir à hydrogène.


visite représentant commission européenne
Visite des infrastructures et équipements du centre de compétence « Technifutur - Campus automobile » -  Alain Van Raek – représentant de la DG REGIO – Commission européene.

 

ZOOM ARRIERE

 

Les Expositions « L’Europe et la Wallonie font bouger votre ville » : joli coup de projecteur pour la Wallonie !


Pour ce zoom arrière, revenons sur les quatre expositions à ciel ouvert, présentant les projets urbains cofinancés par l’Europe et la Wallonie, organisées du 7 au 25 octobre dernier dans les villes de Liège (Parc de la Boverie), Mons (Jardin du Beffroi), Charleroi (Centre commercial Rive Gauche) et Namur (Jardins du Maïeur).

Ces expositions, composées chacune de quatre cubes de grande taille, étaient accessibles gratuitement au grand public. Plusieurs centaines de visiteurs ont ainsi pu découvrir gratuitement la transformation de ces villes. En parallèle, des projets bénéficiant du Fonds Social européen (FSE) ont également été mis en lumière lors d’une exposition similaire qui s’est tenue dans les Galeries Anspach à Bruxelles.

Expo bâche copyright©cible


A Namur, l’exposition a été inaugurée le 9 octobre par le Ministre-président, Elio Di Rupo, la première échevine de la Ville de Namur, Patricia Grandchamps et un représentant de la Commission européenne, Alain Van Raek, en présence d’une délégation de 50 journalistes européens. Cet événement organisé en partenariat avec la Commission européenne dans le cadre de la Semaine européenne des Régions et des Villes, clôturait une matinée lors de laquelle les reporters internationaux ont pu découvrir les nombreux projets namurois cofinancés (l’Espace Confluence, la passerelle l’Enjambée, le hub créatif TRAKK, le système de transport intelligent,…) afin d’en apprendre davantage sur l’utilisation des fonds européens en Wallonie. À l’issue de ce parcours, la délégation de journalistes s’est retrouvée dans les Jardins du Maïeur où ils ont pu découvrir l’exposition à ciel ouvert.

Les journalistes ont tous montré un intérêt prononcé pour les multiples développements en cours à Namur. Outre les projets eux-mêmes, la localisation et la taille de la ville ont joué un rôle déterminant dans leur appréciation de la visite. Cela leur permet notamment d’établir des comparaisons avec les initiatives de leurs propres pays, tout en pointant du doigt le bon exemple namurois.

Laura Pargade, journaliste à TV7 Bordeaux, témoigne : « Je viens tous les ans à Bruxelles dans le cadre de la Semaine européenne des Régions et des Villes, j’étais donc intéressée de découvrir aujourd’hui les projets concrets réalisés dans de plus petites villes. J’ai été particulièrement intéressée par les innovations technologiques mais aussi par les projets liés à la mobilité. C’est un enjeu-clé pour les villes de plus petite taille, en termes d’attractivité : à Bordeaux, nous avons pu remarquer que c’est à partir du moment où les villes commencent à devenir interconnectées que ça devenait réaliste pour une entreprise innovante de venir s’installer, et donc créer de l’emploi ».

Dražen Zima, journaliste croate à HRT Radio, pour sa part nous confie qu’il a été : « très impressionné par le projet du TRAKK. En Croatie, nous bénéficions aussi de financements européens pour les projets de type "coworking" mais en général leurs équipements n’atteignent pas ce niveau de technologie. »

Chapeau, Namur !

Vidéo namur

Cliquez pour lancer la vidéo de la journée  - copyright©spw

Plus d'informations :

 

NEWS

Règle N+3 : le parcours sans faute de la Wallonie continue !

Encore jamais prise en défaut, la Wallonie a de nouveau atteint le seuil annuel de dépenses lui permettant d'éviter tout dégagement budgétaire. Il fallait pour cela justifier un montant de près de 179 millions d'€ en part FEDER pour fin 2019.

 

Pour continuer à garantir une utilisation maximale du budget alloué pour la programmation 2014-2020, l’effort devra néanmoins se poursuivre.


La nouvelle Commissaire pour la cohésion est connue

 

Depuis le 27 novembre 2019, Elisa Ferreira est la Commissaire européenne à la cohésion et aux réformes.

 

L’ancienne ministre portugaise s’est vu confier d’importantes missions par la présidente Ursula von der Leyen dont, notamment, celles de mener une future politique de cohésion moderne, simple et menant à des investissements de qualité, ou encore de concevoir le fonds pour une transition juste.      

 

On lui souhaite un bon travail pour les cinq prochaines années ! 

Elisa  Ferreira

Copyright©Commissioneuropéenne

 

   Balades du printemps - mars 2020

 

Envie de découvrir ou re-découvrir comment l’Europe intervient dans votre quotidien ?

 

Les centres de formation du Forem de Charleroi (CEPEGRA, Forem Formation Logistique), TechnoCampus, le Centre Terre et Pierre ou encore le CTA agro-alimentaire de Tournai vous ouvrent leurs portes au cours de ce mois de mars et n’attendent plus que vous !

 

Pour plus d’info et/ou visiter d’autres sites cofinancés, c’est par ici.  Dépêchez-vous les places sont limitées ! Petit déjeuner offert aux participants.    

 

New Nike Shoes