Surexploitation du calcaire

Les besoins en eau pour la population et les industries de la Wallonie picarde, ainsi que pour des clients extérieurs, ont causé une surexploitation de la nappe aquifère. Le niveau de celle-ci a connu des baisses de l’ordre de 1 à 2 m/an en moyenne parce qu’on y prélevait 21,5 millions m³/an de trop. Le défi à relever était de réduire les autorisations de prise d’eau tout en fournissant aux préleveurs d’eau lésés un approvisionnement alternatif.

A cet effet, les investissements consentis dans le projet « Transhennuyère » permettent d’acheminer annuellement 10 millions de m³ d’eau de substitution pour les producteurs d’eau en Wallonie et en Flandre qui, en contrepartie, doivent réduire les volumes pompés dans la nappe surexploitée.
En d’autres termes, le projet permet de prélever de l’eau souterraine d’une nappe sous-exploitée, de mélanger cette eau avec l’eau d’exhaure des carrières (qui sera ainsi valorisée), de potabiliser le mélange, et de transporter l’eau traitée jusqu’aux installations des préleveurs lésés.
Le succès du projet lui a valu d’être retenu dans le florilège de projets cofinancés par les Fonds structurels européens dans une publication de la Politique régionale de l’UE en 2001.

Pour en savoir plus : ec.europa.eu/regional_policy/information/pdf/eu_structural_funds_benelux_2001_fr.pdf

 

Montants: 

Coût total 47.620.346,13 €
Part FEDER 16.113.079,12 €
Part autres pouvoirs publics 31.507.267,01 €

Surexploitation du calcaire